Citius Altius Fortius

J'avais repéré ce modèle de robe Emma dans le magazine la Maison Victor, qui date d'hiver 2014... Malheureusement ce numéro n'est plus disponible à la vente, mais sur le site il est possible d'acheter les patrons pochette à l'unité (bien moins rentable que le magazine...mais quand on a un coup de cœur...)
Me voilà donc avec mon joli patron, que je souhaite bien rentabiliser en le déclinant à nouveau !


photo : musée Olympique à Lausanne

Le matos :

  • 2 m de tissus
  • Un zip invisible de 60 cm
  • 3 petits boutons
  • 30 cm de biais doré (facultatif, que j'ai choisi d'ajouter)

Pour le tissu, j'ai opté pour le Sparkle de la marque Atelier Brunette. Cette marque je vous en parlais déjà sur mon chemisier Bianca... Et retenez bien son nom, car j'ai encore plusieurs projets avec d'autres tissus !
Pour les boutons, vous trouverez de très bons boutons à recouvrir chez les Coupons de Saint Pierre. Je vous conseille ceux en métal, ainsi que le petit accessoire pour recouvrir chez Rascol (ou à la boutique Mode et Travaux). J'en ai dans tous les diamètres, car quand on manque d'inspiration pour associer des boutons, les faire dans le même tissu aura toujours un très bon rendu.



Ici mes boutons sont seulement décoratifs, car je pouvais enfiler la robe facilement en ouvrant le zip. Pour une meilleure tenue, j'ai donc cousu tout le dos.


Ce qui me ravit :

  • Je suis vraiment contente de cette robe, je me suis appliquée et elle m'a pris du temps, mais le résultat me plait beaucoup !
  • Ce tissu, une batiste de coton est très agréable à porter ! Le haut de la robe est entièrement doublé, ce qui évite la transparence même avec un tissu un peu fin.
  • Tous ces petits détails que j'ai aimé coudre avec minutie comme la pose de passepoil or pour souligner les épaules, un zip cousu sur le côté VRAIMENT invisible, des coutures anglaises...


  • J'ai réalisé un ourlet avec mon nouveau pied à ourlet rouleauté (une dizaine d'euros à la boutique PFAFF),  qui fait des ourlets parfaits de 3mm. C'est un coup de main à prendre et il faut coudre TRES lentement mais le résultat est appréciable ! Je ne m'en passe plus !




Ce qui m'ennuie :

  • J'ai dû retravailler le patron qui n'était pas tout à fait adapté... Malgré une taille 34, j'ai préféré faire une toile avant de couper dans mon beau tissu Atelier Brunette. "Faire une toile" consiste à découper le patron une première fois dans un autre tissu peu onéreux, mais aux caractéristiques similaires. J'ai donc découpé et cousu le haut de la robe dans un tissu de coton blanc très basique et après essayage j'ai dû faire plusieurs ajustements notamment sur le dos et la ceinture. Faire des ajustements sur soi, demande un peu de contorsion et c'est assez difficile d'être précis lorsque l'on a les mains qui se tordent dans le dos : demandez de l'aide à quelqu'un ! J'ai ensuite retravaillé le patron avant de le découper dans le tissu final ! Bref un gros travail de préparation que je ne regrette pas, car il m'a fallu supprimer près de 4 cm sur la ceinture de la robe, et sinon le résultat aurait été déplorable 

Bref : 

C'était la première fois que je faisais une toile pour un modèle. Je n'en ai jamais trouvé le besoin avant, mais quand on souhaite un modèle assez ajusté, avec de nombreuses pinces comme c'était le cas sur cette robe, et surtout qu'on a peur de gâcher un beau tissu, cette méthode prend certes beaucoup de temps mais est efficace !
Voilà une jolie robe pour l'été, mais que je souhaite refaire dans un tissu plus discret et un lainage plus chaud par exemple ! Une robe idéale pour les fêtes de fin d'année non ?



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire