Petite veste en tweed

Cette veste Ninot... je traîne à écrire mon article, car il faut dire qu'elle m'a donné du fil (et du tissu) à retordre !!!

Mais j'aime le résultat final, même si je lui trouve des défauts... Il m'a fallu un peu de temps pour digérer mes heures de couture passées dessus et je suis enfin prête à vous en parler !

Tout d'abord, si vous débutez en confection de vêtement, oubliez les vestes doublées ! Choisissez un top sympa comme ici, ici ou .
Ensuite si vraiment la réalisation d'une veste vous démange la garde-robe, commencez par une veste non doublée (type gilet léger), et ne choisissez pas un tissu trop compliqué, plutôt un lainage souple et sans motif par exemple.

Revenons à cette veste Ninot, pour laquelle j'ai fait un combo : patron carrément technique avec boutonnières et poches passepoilées + version avec doublure + tissu en tweed qui s’effiloche...



Le matos :

  • 1,50 m de tweed
  • 1,50 m de doublure
  • 3 boutons

Une fois de plus, j'ai trouvé ce tweed chez Ellen. En effet, pour des belles matières (tweed, soie, lainage...), avec des tissus provenant de maisons de couture, cette adresse est une référence, car les prix sont imbattables (comptez entre 10 et 15 euros le mètre de soie unie ou de tweed)
Alors ce tweed, il est beau, il est rose, un peu corail, un peu pastel, avec de gros fils de laine irréguliers, forcément il m'a plu... mais croyez moi qu'après avoir cousu une telle matière, je viens enfin de comprendre pourquoi une veste Chanel coûte si cher...
Il est très souple, donc bouge beaucoup pour reporter le patron ou assembler, un coup de ciseau et tous les fils s'effilochent, le thermocollant peine à coller dessus, les épingles tirent les fils... bref une matière pas facile à dompter.



Pour la doublure, je l'ai trouvée chez les Coupons de Saint Pierre, dans leur boutique Maison et Travaux à Saint-Lazare, une adresse que je ne présente plus tant j'en ai déjà parlé ! (Au passage, je précise que notre page de bonnes adresses a vu le jour il y a quelques jours, allez y jeter un œil !)
Concernant les doublures, je conseille d'être vigilant sur la qualité, car oui, on trouve des doublures à 2-3 euros le mètre, mais pour une doublure de veste (ou vêtement en général), on souhaite quand même une belle qualité (surtout quand on passe autant de temps à le coudre !!) : ni trop lourd, ni trop fin, un aspect satiné mais pas trop brillant comme un vêtement de carnaval non plus, et si possible anti-statique. La doublure Bemberg est idéale pour ça, comptez 7-8 euros le mètre, mais sans regret.

Plus que les ourlets et finitions :)

Enfin le patron, c'est la veste Ninot de la marque Pauline et Alice. Ce patron m'a été offert pour mon anniversaire en janvier, j'ai mis un peu de temps avant de l'attaquer, car j'étais en pleine préparation de vêtements pour mes vacances au soleil en février. Mais voilà qu'avec le printemps et ce temps encore bien mitigé, cette petite veste arrive à point nommé.

Ce qui me ravit :

  • Je vais être honnête : dans la confection de la veste pas grand chose... Je n'ai pas pris beaucoup de plaisir à coudre ce tissu
  • Mais par contre dans le résultat final : je suis plutôt très contente de cette veste ! La coupe est assez simple, mais avec quelques petits détails comme, le pli creux dans le dos, les boutonnières passepoilées (mes premières, et heureusement, car faire des boutonnières à la machine à coudre sur du tweed je pense que j'aurais démissionné !)...
  • Il est possible avec le même patron de réaliser des modèles assez différents en combinant les options : avec ou sans col claudine, avec ou sans doublure, avec ou sans martingale...
  • Le livret d'explications est bien fait, bien qu'un peu triste en noir et blanc uniquement. Et le gros plus, ce sont les tutos supplémentaires disponibles sur le site pour certaines étapes, comme les poches, les boutonnières et le col. Je les avais imprimés, car c'est plus facile que d'avoir son ordi à côté et je ne regrette pas, surtout pour les boutonnières, avec toutes les photos on s'en sort très bien 


Ce qui m'ennuie :

  • Ce tissu... comme expliqué plus haut, il s'effiloche et comme je n'ai pas voulu me retrouver avec des lambeaux de tissu, il m'a fallu tout surfiler avec la sujeteuse avant de les assembler


  • Thermocoller ce tissu n'est pas non plus facile, même en chauffant bien, il était difficile à faire tenir, et je n'ai pas trouvé de solution pour y remédier... je reste preneuse de tout conseil pour coudre ce tissu, car c'est beau, mais très galère !
  • Enfin assembler 2 matières très différentes : doublure et tweed de laine n'a pas non plus été une mince affaire.
  • Je passerai le détail de la confection des boutons recouverts de tweed... car même si c'était laborieux, car le tissu est bien trop épais, j'arrivais enfin au bout de ma réalisation !
  • Sur la coupe finale, je ne lui reproche qu'une seule chose, c'est qu'elle est un peu courte... 

Bref : 

En prenant un peu de recul, je suis bien contente d'avoir réalisé cette veste, car s'attaquer à des projets plus compliqués c'est aussi très intéressant ! Surtout quand le résultat reste très satisfaisant.
J'aime beaucoup ce modèle, et pour l'automne, je tenterai bien une version dans un lainage, pas forcément doublée et un poil plus longue ! Un prochain projet pour cet été !







2 commentaires:

  1. Making such a jacket will require a lot of patience and energy! However, the results will be definitely worthy.

    RépondreSupprimer
  2. I like this model, and in the fall, I'll try though the option in the sweater, not necessarily twice.

    RépondreSupprimer