S comme surjeteuse !

Vous êtes plusieurs à nous avoir posé la question (bon OK, vous n'étiez que 2, mais c'est amplement suffisant pour me motiver à écrire un article !)... comment choisir sa surjeteuse ?

Mais avant tout, c'est quoi une surjeteuse ?




Ce que dit la science :

La surjeteuse est une machine qui assemble, surfile et coupe, tout en même temps !
Et comme si ça ne suffisait pas, les coutures réalisées sont des coutures élastiques, c'est donc l'idéal lorsque l'on travaille le jersey, la maille, le lycra...

Avec la machine à coudre, il faudra 3 étapes pour chaque couture, à savoir : assembler avec un point droit, couper les tissus aux ciseaux, surfiler avec un point zig-zag... vous l'aurez compris, la surjeteuse fait tout en une seule étape et en plus c'est encore mieux fait qu'avec une machine à coudre et toute la bonne volonté qu'on pourrait y mettre !

Mais attention, une surjeteuse ne remplace pas une machine à coudre... La surjeteuse ne se limite "qu'à" surfiler. Vous ne pourrez pas faire tout ce que propose une machine à coudre : faire des ourlets, des coutures droites, la pose de biais, de zip, faire des boutonnières... Bref, la surjeteuse est un complément à la machine à coudre mais ne la replacera pas !





Les gens qui en parlent bien :

Parce que avant d'investir, j'ai longuement fouiné sur le web, et j'ai trouvé plein de gens qui parlaient de tout ça hyper bien !

Alors pour comprendre la différence entre les surjeteuses 3,4 et 5 fils, pour choisir entre une surjeteuse simple ou surjeteuse + recouvreuse, pour les tests de différentes marques, voici quelques articles :

  • Chistelle coud est une des personnes les mieux placées pour parler de la surjeteuse, son expérience est précieuse : elle en a même écrit un bouquin !
  • Enfin, d'autres articles ou forums qui m'ont convaincue : ici, ici, et



Mon avis (et mon choix...) :

Alors non, vous l'aurez compris, la surjeteuse n'est pas indispensable. Beaucoup de couturières expérimentées s'en passent très bien... mais quand on l'a testée, c'est difficile de s'en passer.
On gagne très vite en temps et en qualité lorsque l'on réalise des pièces de prêt-à-porter non doublées, comme des blouses, chemises etc.

Pour ma part j'ai opté pour une Brother 3034D, j'ai eu la chance de pouvoir la tester quelques mois avec celle d'une amie avant d'investir, et j'ai été conquise !
L'enfilage n'est vraiment pas la mer à boire : si un fil se casse, ne tentez pas de rattraper en renfilant juste celui-ci, coupez tout et renfilez-les 4, au final vous gagnerez du temps !
J'ai trouvé que c'était un très bon rapport qualité/prix : ce n'est pas un premier prix, car ces modèles sont souvent des casse-têtes pour l'enfilage, mais je n'ai pas non plus opté pour les plus perfectionnés car je n'ai pas trouvé d'idées pour optimiser toutes leurs fonctions !




Je l'utilise sur tous les vêtements non doublés que je réalise. (Pour exemple, ces robes, cette chemise, cette blouse, ce short, ces coussins ont été faits avec l'aide d'une surjeteuse) Je m'en sers également pour surfiler uniquement (sans assembler) certains tissus qui effilochent beaucoup (une petite pensée pour cette veste en tweed que je suis en train de confectionner et qui me sort par les yeux...)... ça évite d'avoir des fils qui s’accrochent partout sur mon tapis et surtout c'est une préparation qui facilite ensuite les assemblages !
En revanche, je ne m'en sers pas pour les pièces doublées comme les vestes et les manteaux, car il est préférable de ne faire qu'une couture droite et de l'ouvrir au fer pour avoir un effet plus plat.

Prenez donc le temps de réfléchir aux types de confections que vous faites, et si vous réalisez beaucoup de coutures qui nécessitent de surfiler ou avec des matières élastiques, l'investissement dans une surjeteuse est une excellente option !



Nos bonnes adresses :

  • Le site anglais Sewing Machine Direct propose des prix imbattables pour les surjeteuses Brother ! (Du moins, tant que l'Euro ne s'en sort pas trop mal face à la Livre...). Même si vous n’êtes pas fluent en anglais, commandez les yeux fermés, le service est impeccable. C'est d'ici que vient la mienne, vous recevrez en cadeau 12 cônes de fil, de quoi faire pas mal de surjets et l'adaptateur pour la prise française est fourni !
  • Si vous n'êtes pas du genre à commander sur internet et que vous souhaitez voir/toucher les machines, je peux vous conseiller la boutique à côté de République, Coudre Paris, les vendeurs sont disponibles et répondront à toutes vos questions, j'ai testé !
  • Enfin, une dernière bonne adresse, non pas pour acheter une surjeteuse mais pour être convaincu de la surjeteuse : les cours de Christelle ! Je vous en parlais plus haut, cette reine de la surjeteuse propose des cours dédiés à l'utilisation de cette machine. Un cours débutant vous permettra de découvrir pendant 3h une surjeteuse. Pour ma part, je me suis inscrite en avril au cours "Fantastique Surjeteuse" pour découvrir toutes les fonctionnalités (en plus d'un surjet 4 fils...) que peut offrir cette machine et j'ai hâte... je vous raconterai ça très bientôt



Si cette article a pu vous décider dans l'achat d'une surjeteuse m'en voilà ravie ! Et si d'autres questions venaient, n'hésitez pas, je tacherais d'y répondre.




2 commentaires:

  1. merci! il va falloir que j'étudie ça de très prêt, j'en peux plus de faire des points zig zag ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, on s'en lasse vite ;) ! Dommage, Noël est passé, mais il n'est jamais trop tard pour se faire un petit cadeau de printemps !

      Supprimer