Ma machine à coudre est restée (trop) longtemps dans un carton... je dois reconnaître que ce qui m'a fait renouer avec la couture après plusieurs années, c'est le site de Make my Lemonade.
Je suivais depuis plusieurs mois les aventures de Lisa et de sa team citron... En 2015, elle a lancé sa collection de patrons et prêt-à-porter Wear Lemonade, et je dois dire que cela m'a donné envie...

Chaque mois, Make my Lemonade lance un nouveau vêtement : on peut le retrouver en patron (en pdf ou papier) ou déjà cousu pour ceux qui ont deux mains gauches n'ont pas le temps de coudre.

Je vous présente ici la blouse Bianca, j'ai testé d'autres modèles comme le manteau Rita, la robe Luisa, le perfecto Mona... et je vous en parlerai prochainement (mais peut-être pas tous non plus, car ce ne sont pas forcément des réussites !)



Le matos :

  • 1 mètre de tissu pour la blouse : j'ai pris un lainage poil de lapin gris, trouvé en promo aux Coupons de Saint-Pierre, 5 euros les 3 mètres ! 
  • 20 cm d'un autre tissu contrastant pour le col et la poche : c'est un coton fleuri assez fin que j'ai déniché chez Sacré Coupon
  • Un peu de thermocollant pour le col : je vous explique tout ici pour le thermocollant
  • Un ruban de satin noir
  • Une machine à coudre

Ce qui me ravit :

  • Un superbe patron GRATUIT !!! En effet, les premiers modèles qui sont sortis, sont gratuits en pdf ! Pour les derniers modèles, il faut compter 3 euros pour le patron en pdf... et ce serait dommage de s'en priver
  • La vidéo de réalisation pas à pas : c'est l'idéal quand on débute, on peut suivre et reproduire les étapes facilement. Surtout au début, c'est important de voir ! Le petit plus : la musique relaxante de la vidéo permet de ne pas s'énerver même pendant les étapes les plus irritantes 
  • Ce modèle permet une touche de fantaisie discrète en associant 2 tissus
  • La fierté d'avoir réussi avec brio un col chemise ! Souvenez-vous, je vous parlais il y a quelques jours, d'un faux col chemise... alors qu'ici, il y a bien un sous-col et un col, pour autant l'ouverture est dans le dos, et pas de boutonnière à réaliser !

Ce qui m'ennuie :

  • Le patron en PDF... je ne suis vraiment pas adepte des collages de 30 feuilles A4 à quatre pattes sur le sol
  • Il n'y a pas de livret d'explications, c'est dommage de n'avoir que la vidéo, pour suivre les étapes, ce n'est pas forcément très pratique. Pour les patrons en papier, je sais que désormais la livret est inclus.
  • Je m'étais jurée d'en faire une autre rapidement, car c'est un modèle que je peux vraiment porter au quotidien, et voilà je n'ai toujours pas eu le temps d'en refaire une...



Bref :

C'est un modèle agréable à réaliser, et quelle fierté lorsqu'on termine de monter ce col !
Je le conseille à tous les débutants, car la vidéo permet vraiment de se lancer.
Et puisque les beaux jours arrivent, je me dis qu'il serait idéal de prévoir une version plus printanière de ce modèle... 



Le patron. Après des mois de débats... Louise m'a convertie. Je n'avais jamais réalisé de vêtements d'après patron jusqu'ici : d'habitude j'y vais plutôt au feeling armée de mes mensurations, de mon mètre ruban et de mes croquis... Mais ça c'était avant de découvrir Louis Antoinette

Evidemment, comme j'adore les shorts et que l'été approche, j'ai commencé fort : le patron du modèle "short Mendoza" difficulté 4/5 (niveau "première d'atelier" !! OMG) mais finalement, étape par étape, j'ai fabriqué mon premier short. Et avec passepoil pardi !






Le Matos :

1m de tissu, 20cm de thermocollant, 1,50m de passepoil, du papier cuisson, le patron Short Mendoza de Louis Antoinette, 1 crayon, 1 paire de ciseaux, beaucoup d'épingles, du fil de polyester, la machine à coudre et la surjeteuse de Louise.
  • L'étape décalque : Louise m'avait prévenue : le papier calque spécial patron est un peu cher. Mais pour les vêtements petit format (débardeur, short...) dont les pièces à découper ne sont pas trop grandes on peut facilement utiliser du papier cuisson à la place ! Vous remarquez les zones agrafées sur les photos ?
  • Mon tissu : déniché en janvier chez Ellen décoration à Troyes. J'avais eu le coup de foudre pour cet imprimé violet. Il n'en restait qu'un mètre, je savais déjà que ce serait pour un nouveau short !
  • Le passepoil, le thermocollant et mes accessoires de couture : acheté à la mercerie fil 2000 à Paris, l'incontournable caverne d'Ali Baba. Retrouvez tous les conseils de Louise pour l'utilisation du thermocollant ici :)

Ce qui me ravit :

  • Le packaging : chez Louis Antoinette, c'est ce qu'on remarque en premier. C'est beau !
  • Le modèle : j'ai vu le short réalisé dans différents tissus lors du salon L'aiguille en fête 2016, c'est ce qui m'a convaincue.
  • La réalisation d'après patron : c'est finalement très agréable de pouvoir compter sur un modèle et ça permet de fabriquer des vêtements compliqués (aujourd'hui un short, bientôt une veste ?) sans avoir peur de découper le tissu !

Ce qui m'ennuie :

  • Le carnet : le concept "étape par étape" est intéressant mais demande de relire plusieurs fois chaque étape pour bien avoir la vision globale. Or les explications sont très longues (plusieurs pages). Utile pour les débutants qui ont le nez dans le guidon, cela peut être un problème pour les couturières confirmées !
  • Les finitions : quelques améliorations pourraient être apportées au niveau des finitions (le carnet ne prévoit pas le surfilage de certaines pièces).
  • Le tableau des tailles : je mesure 1,76 et porte généralement du 38. Avant de décalquer mon patron je me disais "peut être un 40 pour être à l'aise ?" haha ! Folle que j'étais : d'après leur tableau je fait... du 42 ! Et finalement le short est un peu large : j'ai dû le reprendre...

Bref :

Les modèles sont chouettes et la maison propose même des kits avec tissu. Ce sont donc de beaux patrons, idéals  à offrir et à adapter soi-même.

Vous trouverez ici le modèle de la robe idéale réalisée par Louise d'après un autre patron Loui Antoinette !

A vous de jouer :) Et surtout racontez nous...

Un article très court pour vous souhaitez un bon week-end de Pâques !
Alors certes, nous avons "perdu" une heure, et c'est la principale actualité des médias ce matin, mais pour autant on ne va pas se plaindre car demain on refait une grasse mat' !





Après quelques recherches d'inspiration sur Pinterest, voici de quoi proposer une jolie déco de table pour le week-end.
Très facile et ne demande très peu de matériel,  ni un grand savoir faire !

Le matos :

  • Quelques oeufs (et prévoir de faire une omelette...)
  • Des bougies chauffe-plat
  • Des pâquerettes, un peu d'herbe, du blé, des fleurs... même les plus citadins devraient s'en sortir
  • Quelques mètres de fibres naturelles, cordes...pour réaliser les nids. Si vous souhaitez investir moins de 4 euros, je vous conseille ceci
  • Quelques centimètres de masking tape, ce ruban adhésif japonais que vous trouvez dans toutes les papeteries... A défaut, un peu de peinture pour décorer les oeufs peut aussi faire l'affaire

On assemble tout ça, et voici le résultat !


La bonne nouvelle c'est qu'en gardant les racines de fleurs dans un peu de terre, la composition va même tenir plusieurs jours !








Un petit article technique sur l'utilisation du thermocollant (OK, c'est pas l'article le plus fun à écrire/lire !...)
Je précise que je parle ici de l'entoilage, et non des petits écussons ou autres fantaisies thermocollantes que l'on a tous eu en guise de réparation d'un jean déchiré en cour de récré...

L'étape du thermocollant, c'est celle que l'on zappe lors de nos premiers projets couture. Mais arrive ce moment où l'on s'attaque à une belle pièce. C'est notre nouveau défi, on a le bon patron, une veste, un manteau, une chemise, le beau tissu et on imagine un résultat parfait...
On se dit que suivre le patron à la lettre, dont ce chapitre sur le thermocollant, ça ne peut pas faire de mal, et la bonne nouvelle c'est que quand on l'a testée on ne loupe plus jamais cette étape... A nous les belles finitions et les cols qui se tiennent !


Ce que dit la science :

On trouve 2 types de thermocollant :
  • L'entoilage non tissé : ressemble un peu à une feuille de papier recyclé. Ce sont des fibres de tissu agglomérées. On peut le découper dans tous les sens... il n'y a donc pas de perte !
  • L'entoilage tissé : est un tissu de coton tissé. Il faut respecter la trame du tissu et ainsi découper dans le même sens que la pièce à entoiler, en suivant le droit-fil ! Cela demande donc potentiellement plus de tissu

La bonne nouvelle est que l'on va pouvoir reconnaître un thermocollant tissé d'un non tissé à l’œil nu, pas besoin d'être un expert ! La différence est assez flagrante. Voici des photos, je suis sûre que vous y arriverez sans problème :)

Entoilage tissé et non tissé 


Pour chacun de ces thermocollants :
  • Un des côtés du tissu est enduit de petits points de colle, on le sent facilement au toucher
  • Pour l'appliquer, il suffit de poser la partie enduite de colle contre l'envers du tissu que l'on souhaite thermocoller, et d'appuyer quelques secondes avec un fer. Rien ne sert de "repasser" il faut vraiment laisser le fer chaud sur chaque surface plusieurs secondes ! On laisse ensuite refroidir le tissu entièrement avant de le manipuler.
  • On choisit un thermocollant selon son épaisseur. En fonction de l'ouvrage à réaliser, du tissu utilisé et du rendu souhaité, on va opter pour une toile plus ou moins rigide. De façon générale, c'est facile : plus le tissu est rigide, plus on utilisera un thermocollant rigide...
  • La grande marque du thermocollant est "Vlieseline" (pas facile à prononcer du premier coup...). On trouve donc dans de nombreux patrons (Burda pour ne pas les citer) la référence de cette marque pour choisir son entoilage. Vous pouvez trouver ces références : G700, G710, G785... pour le tissé et H180, H200, H250, H410... pour le non tissé. Cela donne une indication sur le type de thermocollant à choisir.
  • Attention, lorsque l'on achète du thermocollant, en général la laize n'est que de 90cm (alors que la plupart des tissus ont une laize de 110 ou 150cm). Il faut donc bien calculer son métrage d'entoilage nécessaire.

Mon avis :

Je n'utilise que du thermocollant tissé !

J'ai vécu une mauvaise expérience avec un thermocollant non tissé, qui après lavage a fait des petites cloques sur le tissu... Peut-être était-il mal posé, mais je n'ai sinon jamais eu ce souci avec un thermocollant tissé...
Par ailleurs, je trouve que le thermocollant non tissé fait un peu "carton"... alors qu'un tissé s'adaptera mieux à la souplesse du tissu.


Je l'utilise toujours lorsque c'est indiqué dans le patron.
Il est rarement précisé quel entoilage choisir, à déterminer donc en fonction de l'épaisseur du tissu et... de son expérience :)... Pour pouvoir s'adapter à toutes les réalisations, on se retrouve donc vite avec un gros stock de plusieurs mètres de chaque entoilage : clair et foncé, et dans plusieurs épaisseurs !

Où en trouver :


Voici quelques adresses testées et approuvées évidemment !
  • Pour la marque Vlieseline, vous trouverez sur le site de mercerie en ligne rascol. Pour du tissé, il faut compter  plus de 7 euros le mètre, ce qui peut être vite cher ! Si vous débutez, je vous le conseille, car au moins vous êtes certains de la qualité et de l'épaisseur. D'ailleurs, vous trouverez ici, un beau tableau pour choisir sa référence de Vlieseline
  • Pour du non tissé, vous en trouverez sur le site des Coupons de Saint-Pierre à très bon prix. Bonne nouvelle si vous êtes à Paris, la récupération en boutique est possible pour éviter les frais de port (à Saint-Lazare) !
  • Pour trouver du tissé à prix abordable, le mieux est de demander directement là où vous achetez votre tissu, il y a souvent des bonnes affaires ! De mon côté, j'en ai trouvé ici :
    • Sacrés Coupons à Paris (XVIIème, à côté du marché Saint-Pierre) : Tout au fond du magasin il faut se plier en 4 pour l'atteindre, mais on trouve souvent de beaux rouleaux et à prix défiant toute concurrence... comptez entre 2 et 5 euros. Une seule chose est sûre : il ne faut pas y aller avec un besoin particulier car le choix n'est pas immense... C'est un peu au petit bonheur la chance, mais ça vaut le coup !
    • Ellen à Troyes : Beaucoup de choix en noir et en blanc, et dans différentes épaisseurs, entre 3 et 6 euros le mètre, ce qui reste très raisonnable et surtout on est sûr de trouver ce qu'on cherche !
    • Fil 2000 à Paris (IIème, dans le Sentier) : beaucoup de choix et des petits prix. Nina y est allée le mois dernier et a payé 4 euros le mètre pour un thermocollant noir très épais !

Avez vous déjà utilisé du thermocollant ? Et où est-ce que vous vous fournissez ? si vous avez des bons plans n'hésitez pas à les partager !

On vous prépare bientôt une liste de toutes nos bonnes adresses de couture !


Jusqu'ici, on vous a surtout parlé de nos créations tricot et couture. Et on ne va pas s'arrêter là :D Mais le Comptoir est avant tout un lieu de partage : vous y trouverez nos découvertes, nos coups de cœurs et nos bonnes adresses !

Avec Louise, nous considérons le concept (presque philosophique - n'ayons pas peur des mots) de "Do It Yourself" comme une ouverture sur des possibles infinis.

Je m'explique : "Fais Le Toi-Même" revient à dire "Tu Peux Le Faire" ("Yes, We Can !" répondons nous) et lorsqu'on s'en rend compte, après un premier essai transformé (souvenez-vous de votre premier gâteau !) notre regard sur le monde s'élargit et on commence à se prendre pour les Mac Gyver des temps modernes ! Tout devient possible.

Pour ma part, ça a donné lieu à de multiples échecs (des étagères mal posées, des bonnets tricotés trop petits, un tissu découpé au mauvais endroit...aie) mais surtout à des réussites uniques et hyper satisfaisantes :D

Voilà, le mot est lâché : la satisfaction, le bien-être, c'est pour ça qu'on aime chercher, inventer et créer tous les jours !

Photo du site www.yogawithadriene.com

Aujourd'hui, pour rester dans le thématique, je vais donc vous parler de mon coup de cœur "bien-être" du moment : Yoga with Adriene... Pour pratiquer le yoga où vous voulez, quand vous voulez.

Si vous avez assez d'espace pour un tapis et un peu de temps, ce conseil est fait pour vous !
Ce sont les meilleures vidéos de yoga en ligne : gratuites, testées et approuvées par le Comptoir et plus d'un million d'internautes !

Le Matos du bon yogi : 

Un tapis de yoga, des vêtements confortables, un écran (ici ma toute nouvelle tablette), une boisson (ici, un smoothie maison), un spectateur (mon chat) et les vidéos d'Adriene.


Ce qui me ravit :

  • La durée des cours : certains font 10 min, comme le cours Yoga for focus and productivity par exemple, publié ce mois-ci, ou 45 min, comme ce cours pour débutant : il y en a pour tous les goûts. J'apprécie particulièrement les petits formats pour le matin ou avant de me coucher : 10 min et je me sens au top ! Et les cours plus longs pour le week-end.
  • La nature des cours : les titres sont ludiques et très attractifs : Yoga pour le blues d'hiver, Yoga pour la digestion, Yoga pour l'anxiété, Yoga détox, Yoga du Guerrier, Yoga pour la concentration... De quoi se concocter un programme sur mesure :)
  • La voix d'Adriene : elle a l'air tellement cool et douce, impossible de se sentir complexé !

Ce qui m'ennuie :

  • Ca ne m'ennuie pas, en fait, mais ça peut poser soucis : Adriene est américaine, les cours sont donc en anglais. Mais si vous vous laissez bercer par sa voix et suivez les mouvements sur la vidéo, vous pourrez faire d'une pierre deux coups en améliorant votre compréhension orale !

Maintenant mon challenge : pratiquer les 30 jours de Yoga Camp proposé sur le site : 30min de yoga par jour pendant 30jours... je vous raconterai ;)

Photo du site www.yogawithadriene.com


Quelques conseils si, comme moi, vous débutez :

  • Le tapis : choisissez un tapis spécial yoga (ils sont plus fins que les tapis de gym et généralement plus longs). Pour ma part j'ai opté pour un modèle Décathlon en solde (25€) plus long que les modèles premiers prix (1,80m) car je suis grande :)
  • La tenue : elle doit être confortable avant tout, assez prêt du corps (sinon ça glisse quand on fait le poirier...) et surtout ne pas couper le souffle ou la circulation. Le yoga se pratique PIEDS NUS pour l'équilibre, les sensations, l'ancrage dans le sol... Mais si vous aimez protéger vos coussinets ou en cas de grand froid, il existe des chaussettes spéciales yoga "ouvertes" au niveau des orteils et du talon ou bien "adhérentes" (avec une matière agrippante collée dessous). Vous trouverez des tenues sympa dans des tissus qui respirent bien à prix abordables chez Décathlon, Oysho ou même H&M... 
  • L'environnement : vous pouvez pratiquer le yoga partout : chez vous, en vacances, en salle, dans un parc, un jardin, sur un bateau... Et ça tombe bien : vous pouvez emporter les cours d'Adrienne avec vous ! Dans l'idéal choisissez un endroit calme où vous vous sentez à l'aise et sans intrusions extérieures. Et comme au cinéma : n'oubliez pas de couper votre téléphone avant de commencer ;)
Si vous décidez de pratiquer le yoga régulièrement, pour certaines positions et pour votre confort, vous pourrez avoir besoin de quelques accessoires comme les "briques" en mousse qui s'utilisent comme des cales. Mais n'investissez pas trop vite, seul l'expérience vous le dira :)

Je partagerai bientôt avec vous quelques bonnes recettes de Smoothies maison ;)


Si vous avez d'autres cours en ligne à partager avec nous, ou des expériences de yoga à nous raconter... Faites un tour au Comptoir :) Vous êtes ici chez vous !

Jusque là je n'ai écrit que des articles sur l'été, il est temps de revenir à la réalité : Nous sommes encore en hiver et il fait froid !
Alors en attendant que les températures grimpent, je me suis découvert un nouvel engoument pour le tricot de laine angora !




Me rendant à la boutique Mode et Travaux (Paris Saint-Lazare) pour chercher du tissu j'ai eu la mauvaise idée de monter au premier étage (les tissus sont au sous sol...).
A cet étage se trouve le rayon laine, il y avait un bonnet en angora en exposition, et j'ai immédiatement craqué !
La marque de laine angora est Anny Blatt, surement que les experts de tricot connaissent, mais moi je n'en avait jamais entendu parler. J'ai trouvé la laine très belle (et assez cher).
Dans cette boutique, sont vendues différentes qualités de laine angora, les pelotes vont de 12 à 20 euros (oui tout de même...). Je précise que la laine angora est faite à partir des poils de lapins angoras, les pelotes sont généralement de 25 grammes seulement (contre 50 ou 100 grammes traditionnellement pour les autres laines).




J'ai opté pour la laine angora "Absolu" la plus belle (et la plus cher...) qui est non teintée, donc couleur "lapin", faite avec les plus beaux poils de races anciennes d'angora (ça fait rêver). Mais oui, parce que quitte à passer 30 heures pour tricoter un bonnet, autant le faire avec le must !
Et pour qu'il soit encore plus somptueux, j'ai mélangé avec une autre laine irisée "Trésor" sur laquelle sont attachés des petits sequins. Le mélange des deux est parfait !
Il m'a fallu 2 pelotes de chaque laine.

J'ai tricoté le bonnet avec des aiguilles droites 3.5, et tout en côtes 1/1.

Et comme il me restait un peu de laine (plus d'une demi pelote), j'ai réalisé des manchettes pour réchauffer les poignets. Idéal lorsque l'on ressent le froid passer dans la manche du manteau. En tout cas je ne les quitte plus !
Elles sont aussi tricotées en côtes 1/1 sur 6 cm de haut.





Tout ça pour vous dire que je suis devenue fan de la laine angora. Alors oui, ça perd un peu ses poils quand on la tricote, et ça chatouille le nez, mais une fois tricotée, ça ne bouge pas !
Et pour continuer dans ma folie des poils longs, j'ai acheté de quoi confectionner un petit pull en angora blanc. J'ai acheté plusieurs pelotes de la marque Carezza, à 5 euros chez Destocklaine (on vous fera aussi un article prochainement sur ce paradis de la pelote !). Même si elle n'est pas aussi haut de gamme que Anny Blatt, elle est très douce et j'espère qu'elle tiendra bien... A suivre donc, mais là on se retrouve en 2017, le temps que je tricote ce pull angora...


Puisque je reviens des Antilles, je devais vous parler de broderie anglaise !

La broderie anglaise est un tissu de coton. Une broderie, souvent ton sur ton, vient dessiner un motif et certaines parties sont ensuite ajourées.
Ce tissu souvent blanc ou crème peut être utilisé dans la confection, robes et chemisiers, mais également dans l'ameublement, nappes et serviettes...
Bon OK, là je sens que je vous perds dans le mauvais goût, vous commencez à avoir peur...

Mais je vais vous montrer qu'avec ce tissu, on peut quand même sortir des choses sympas et modernes !




Aux Antilles, la broderie anglaise est très présente dans les tenues du quotidien, et on trouve robes et chemisiers dans la plupart des boutiques de prêt-à-porter. Je trouve en revanche qu'il y a trop souvent des fronces et des rubans, et je préfère les modèles plus sobres.
Je me suis donc moi aussi confectionnée un petit chemiser en broderie anglaise.



Le matos :

  • 1m de broderie anglaise blanche
  • 6 boutons (pressions argentées)
  • Un peu de thermocollant pour le col et la boutonnière
  • Une machine à coudre
J'ai pris le modèle du chemisier dans le magazine Burda Couture facile Hors série n°43H - Printemps-Eté 2013
Je suis adepte des magazines Burda Couture facile et je pense qu'ils méritent un petit article prochainement !

Ce qui me ravit :

  • Le tissu : j'ai trouvé aux Coupons de Saint-Pierre, 3 mètres de broderie anglaise blanche pour 15 euros... Autant dire que c'est une affaire comme on aime en faire ! J'ai surtout aimé son motif sobre et peu ajouré
  • La coupe ! Très simple, chemisier court, et assez droit. Il y a quand même 2 pinces poitrines classiques.
  • La boutonnière... facile quand on opte pour des boutons à pression (non, c'est pas triché !)
  • Le col idéal pour les débutants car il n'y a pas de pied de col. On a juste un col plat que l'on vient enfiler sur le tissu du buste directement... Ne pas avoir de pied de col (comme sur une chemise d'homme classique, regardez le col : vous avez une bande de tissus pour élever et tenir le col) permet d'avoir un col moins strict et un joli tombé


Ce qui m'ennuie :

  • Pas grand chose en fait... 
  • Comme toutes les chemises il faut faire attention à faire coïncider les motifs sur la boutonnière, entre le pan gauche et le pan droit. Même si ici, le motif n'est pas très voyant, c'est quand même plus joli quand les lignes de broderie sont alignées... un petit détail, mais qui apporte satisfaction, à prévoir donc à la coupe du tissu !
  • Peut-être que si j'avais eu à coudre les 6 boutonnières... j'aurais moins apprécié ce chemisier, mais avec les boutons à pression aucun soucis, je les ai posé avec une pince !


Bref :

Ce chemisier fait parti de mes vêtements favoris pour l'été ! Idéal par dessus un maillot de bain, mais parfait aussi avec un débardeur en dessous pour tous les jours en ville.

Il me reste encore 2 mètres de tissu... Et je ne sais pas encore ce que je vais pouvoir en faire... Pas très emballée à l'idée d'en faire une robe au risque d'être trop exotique et de ne la sortir qu'aux Antilles !
Mais que pensez vous d'un short ou pantalon ?





Vous la connaissez cette robe ?
Elle vous fait de l’œil dès le printemps, vous craquez au mois d'avril en pensant déjà à l'été.
Alors, quand les journées s'allongent enfin et que le soleil devient chaud, vous pouvez l'enfiler.

Cette robe, c'est celle que l'on porte tout l'été... avec des ballerines à Paris, des Bensimons à Dinard, des compensés à Taormine, des tongs à Grignan...

Celle qui en septembre est décolorée par le soleil, usée par le sable et déformée par la chaleur. Mais qu'on ose encore porter l'été d'après et encore l'été suivant, en regrettant son allure d'antan...

J'ai une annonce à vous faire aujourd'hui... je l'ai trouvée !

Je vous présente la robe Jade de Louis Antoinette, un modèle qu'on va adorer cet été !
Mais surtout, son gros avantage c'est qu'on va pouvoir la décliner dans plein de coloris et ne jamais s'en lasser.



Le patron de la robe Jade de "Louis Antoinette"



Toujours pour mes vacances de février au soleil, j'ai réalisé 2 robes dans des tissus assez différents.

  • Le premier tissu, est un coton fleuri bleu foncé sur fond blanc. Je l'ai trouvé sur le salon l'Aiguille en fête chez Dotty Rose à 10 euros le mètre. Il est assez épais ce qui lui donne plus de tenue. J'ai surpiqué les parementures avec un fil blanc et le résultat est nickel. J'ai tout de même raccourci les bretelles de 2cm devant et derrière, car sinon le décolleté était trop grand, et j'ai donc aussi repositionné la bande de tissu dans le dos.
  • Le second tissu, je l'ai trouvé chez Brin de Cousette. Il est kaki assez clair avec des étoiles argentées. J'en ai profité pour ajouter un passepoil en satin argenté sur l'encolure, les emmanchures et le jupon. Puisque c'était ma 2ème, j'ai pu faire quelques ajustements : j'ai raccourci de 1cm de chaque côté le buste, devant et derrière (attention à revoir les parementures des manches du coup) et j'ai raccourci les bretelles de 3cm devant et derrière également. Elle est donc parfaitement à ma taille, et plus ajustée !


Mes 2 robes Jade

Ce qui me ravit :

  • La robe est très facile à réaliser, il aura suffi de quelques heures pour la terminer. Le plus long, c'est les fronces... Mais ni fermeture éclair, ni boutons... on gagne donc du temps !
  • J'aime beaucoup son dos nu, et encore plus la bande de tissu pour cacher le soutien gorge
  • C'était la première fois que je réalisais des pinces qui descendent aussi bas. Habituellement elles sont plus horizontales, mais je trouve que celles ci donnent une jolie forme au buste
  • Les ajustements pour ma taille ont été assez faciles à réaliser : pas de manches = on raccourcit les bretelles ! Et j'ai pu facilement cintrer de chaque côté en enlevant 1cm sur tout le long, encore une fois, sans manche cela simplifie les choses


Ce qui m'ennuie :

  • Les explications du livret du patron ne sont pas toujours très claires, on aimerait parfois que cela soit plus synthétique
  • Malheureusement le patron commence au 36, et faisant un 34 des ajustements sont nécessaires. Mais ce modèle est assez simple et raccourcir les brettelles sur une robe sans manches, je m'en sors facilement !
  • La pose du passepoil sur le jupon est très facile, en revanche sur l'encolure elle est un peu plus compliquée car devant comme derrière il faut tenir en "V" et sans plisser ! Mais en crantant bien le passepoil avant de le poser, en mettant plein d'épingles et en ayant le pied très léger sur la pédale de la machine, on s'en sort !

Bref :


Je suis très contente de ces 2 robes, à partir du même patron le rendu est très différent ! Le modèle est très simple, mais c'est ce que j'aime et surtout très facile à réaliser. Si vous débutez en couture, c'est un patron idéal pour commencer !
Je les ai portées durant les vacances de février, mais j'ai hâte d'être cet été pour pouvoir les enfiler à nouveau.
J'espère d'ici là, pouvoir la décliner encore dans de nouveaux tissus... Mais je ne sais pas encore comment... des idées pour une nouvelle robe Jade ?



Il existe un nombre très surprenant d'aiguilles à tricoter... il y en a pour tous les goûts !
Nous n'avons pas la prétention de tout connaitre -et encore moins quand il s'agit de tricot- mais nous avons celle de vouloir partager et découvrir, alors voici un petit article pour choisir ses aiguilles de tricots. Nous parlerons surtout de ce que nous connaissons ! Si jamais un conseil d'expert nous avait échappé n'hésitez pas à nous le partager !

Ce que dit la science :

Il existe Nous connaissons 3 sortes d'aiguilles :
  • Les aiguilles droites : les plus courantes, pour faire des tricots plats. On tricote sur l'endroit puis sur l'envers en retournant le tricot à la fin de chaque rang
  • Les aiguilles circulaires : pour les ouvrages en rond. On tricote "en escargot", ce qui permet de faire des ouvrages sans coutures. Il en existe de différentes circonférences pour s'adapter au modèle (bonnet, pull...)
  • Les aiguilles doubles pointes : s'utilisent avec 4 ou 5 aiguilles permettent de monter des "tubes". Idéales pour les chaussettes ou les gants. Il existe peut être d'autres applications, mais que nous ne les avons pas encore découvertes...
Le diamètre de l'aiguille : 
Hé oui, tout se complique lorsque l'on comprend qu'une seule paire d'aiguille ne sera pas suffisant pour tout tricoter... En fonction du diamètre de la laine et de l'effet voulu, on utilise une aiguilles avec un diamètre plus au moins important. La plupart du temps, lorsque vous achetez de la laine, la taille de l'aiguille conseillée est indiquée sur la pelote. Les fils les plus courants se tricotent avec des aiguilles entre 3 et 5mm.

Matériaux :
Bambou, acier, plastique... différentes matières pour s'adapter aux goûts de chacun... A tester et à adopter !



Pour Louise :

La plupart du temps, j'utilise des aiguilles droites en bambou de 30cm. J'ai une vingtaine de diamètres différents pour s'adapter aux différentes laines et ouvrages.

  • Je n'aime pas les aiguilles trop longues ni trop lourdes car j'ai l'habitude de tricoter aussi bien assise qu'à moitié allongé ou en tailleur. Je n'aime pas que cela soit trop encombrant.
  • Pourquoi du bambou ? J'aime le côté chaud du bambou (surtout en hiver !) et bien plus léger que des aiguilles en acier. De plus cela ne fait pas de bruit métallique ! Les mailles glissent moins facilement, surtout le coton qui va crisser sur le bois, mais cela m'empêche au moins de ne pas perdre mes mailles !
Je trouve les aiguilles circulaires assez intéressantes, car même bien faites, je trouve toujours qu'une couture se voit toujours et ne termine pas bien un ouvrage sur lequel on aura passé des heures !!! Mais la combinaison circonférence / diamètre des aiguilles fait qu'il faut cumuler un stock d'aiguille assez conséquent pour s'adapter à tout type d'ouvrage.

Pour Nina :

J'utilise toujours des aiguilles droite de 40cm, généralement en métal . Comme Louise je possède un large choix de tailles (ma dernière acquisition : une paire d'aiguilles en bois de 60cm taille 10 pour me faire un beau plaid !)

Pourquoi de grandes aiguilles ? Pour mon confort :)
Je tricote différemment de Louise : j'ai toujours une aiguille "calée" sous mon bras droit (car je suis droitière) ce qui me permet de tricoter dessus avec mes doigts sans avoir à "porter" l'aiguille. J'ai donc besoin de grandes aiguilles (minimum 40cm) et en métal de préférence ! Car j'adore le cliqueti des aiguilles qui travaillent et parce que le fil glisse mieux. De plus l'extrémité des aiguilles en métal est souvent plus pointue ce qui me permet de mieux attraper les mailles. Mais attention à ne pas les perdre...

J'ai testé les aiguilles circulaires mais j'ai encore besoin de pratique pour être à l'aise : pour le moment je les trouve trop petites et donc inadaptées à ma façon de tricoter. Mais le rendu final est bien plus joli sans couture !


Nous vous parlerons des petites aiguilles à torsades, vous savez celles qui ont une forme bizarre, dans un prochain article !



Le printemps arrive à grands pas et m'inspire comme une envie de nouveaux coussins pour décorer mon super canapé ikéa - au magnifique design suédois épuré - et bien moelleux pour pouvoir lire et regarder la télé confortablement - car le canapé est beau mais... pas très confortable ! 

Après quelques heures passées en shopping et derrière la machine à coudre de Louise, voilà ce que ça a donné :

Avec 2 tissus de créateurs chinés chez Sacrés Coupons : 2 coussins et une couverture assortie


J'ai adoré le mélange des styles de ces 2 tissus... Qu'en pensez-vous ?


Difficulté : 1/5
Matériel utilisé :
  • 2 coussins 45 x 65 achetés au Marché Saint Pierre
  • 3m de tissu fleuri
  • 1,80m de tissu noir et blanc
  • 1,80m de ouate (pour rembourrer la parure)
  • Machine à coudre (et surgeteuse pour de belles finitions)


Avec 1 tissu chiné chez Maison Cousu : 2 coussins "flamands noirs"


J'avais déjà fait mes coussins... et puis j'ai encore craqué pour ce tissu.


Matériel utilisé :
  • 2 coussins 45 x 65 achetés au Marché Saint Pierre
  • 1m de tissu
  • Machine à coudre (ou surgeteuse pour de belles finitions)
Lesquels préférerez-vous ? les fleuris ou les flamands ? 
Si vous aussi vous avez des envies printanières, des créations ou des combinaisons osées de tissus à partager avec nous... Rendez-vous au Comptoir ! :)


Je me suis remise au tricot il y a quelques mois... Je vous raconterai cette rechute plus tard !

Toujours est-il que j'ai profité des soldes de janvier pour craquer sur un kit We Are Knitters

Si vous avez déjà un peu le nez dans la laine, vous devez certainement connaitre ce site. Pour ceux qui ne sont pas familiers avec les aiguilles, We Are Knitters est un site qui propose des kits de tricots et de crochets assez modernes.

J'ai donc commandé le top "Lemon Tee", en coton gris perlé. Partant au soleil en février il me restait donc un bon mois pour achever cet ouvrage ! Un beau challenge vue ma vitesse de tricotage, mais réalisable tout de même !


Ce qui me ravit :

  • Le site propose des modèles pour tous les niveaux. Ainsi, en étant débutant on ne se limite pas au combo "écharpe/bonnet", mais on peut aller plus loin avec des gilets et des pulls niveau "Facile"
  • Le coton est de bonne qualité, il se tricote (et détricote !) facilement
  • Les pelotes sont assez grosses, elles font 100grammes chacune, ainsi 2 pelotes seulement sont nécessaire et elles se tricotent avec des aiguilles de 5mm
  • Le choix de couleurs est varié, j'ai opté pour un gris assez passe partout, mais il y en a pour tous les goûts
  • Il est possible de ne pas prendre les aiguilles dans le kit, ce qui fait économiser 10 euros, idéal quand on les a déjà !
  • Je suis fan du résultat ! C'est un petit haut de plage très agréable à porter


Ce qui m'ennuie :

  • Le packaging m'a un peu déçue bien que vanté sur le site... On reçoit la laine dans un joli sac craft que l'on peut réutiliser, seulement il y a une grosse image du modèle collée dessus qui ne le rend pas très élégant.
  • Les explications tiennent sur une petite feuille. Les seuls schémas sont pour les coutures d'assemblages... sinon pas d'image ou dessin. Pour le seul point compliqué "estonian button" il est indiqué qu'il faut aller voir la vidéo sur le site... peu d'intérêt donc.
  • Le prix peut paraître assez élevé, mais je l'ai eu en promo et sans aiguille, donc ça m'est revenu à 22 euros + 4 euros de frais de port, ce qui reste raisonnable pour un kit. D'ailleurs, il y a tout le temps des promos, n'hésitez pas à vous abonner à leur newsletter !
  • Ce n'est pas français... et oui pour nous, ce n'est pas un détail ! C'est une belle entreprise espagnole et déjà bien rodée ! 

Bref :

Je suis très contente de mon ouvrage et du résultat, c'est une pièce que je vais porter et que je compte ressortir cet été !

Voici quelques photos du top porté lors de mes vacances en février au soleil (oui je l'ai fini à temps !)




J'ai appris un nouveau point de tricot l'estonian button (peut-être a-t-il un autre nom en français, mais "bouton estonien" n'a rien donné dans mes recherches Google...).
Très facile à réaliser, il suffit de séparer quelques mailles tricotées sur une aiguilles à torsade et d'enrouler le fil autour... mais rien de mieux qu'une vidéo pour comprendre tout cela. Je trouve que ce point apporte un peu d'originalité, sans pour autant avoir un motif trop ajouré sur le devant.

Pour revenir à We Are Knitters, même si beaucoup d'autres modèles me tentent, je suis un peu déçue des explications, je me dis qu'il est assez facile de créer soi même ses réalisations, sans passer par un kit. C'est en revanche une très bonne idée de cadeau !

La petite sélection de modèles qui ont quand même retenus mon attention :

Photos : We Are Knitters


Si vous avez déjà craqué pour We Are Knitters, n'hésitez pas à nous raconter ça ! Ou peut être qu'un modèle vous tente ?






Avec Louise, nous avons découvert la laine la bien aimée il y  quelques mois à l'occasion du salon DIY 2015. Gros coup de coeur pour ces fils mérinos teintés à la main à Paris ! J'ai donc choisi ma teinte : confettis et me suis mise en tête de réaliser un Headband pour la dernière née de la famille : bébé Daisy.
Il faut que vous sachiez : Daisy a aujourd'hui 1 an... et toujours pas de cheveux ! J'avais donc peur qu'elle attrape froid aux oreilles ;) #besoindefauxprétextes

Voici mon ouvrage :

  • 20 mailles montées sur des aiguilles n°3
  • Point de riz sur 45cm (le tour de tête de Daisy)
  • Finition en couture invisible
  • Petite couture supplémentaire sur le côté pour un rendu "farfale" adorable
Difficulté : 1/5
Matériel utilisé : 2 aiguilles n°3, 1 pelote de laine, une aiguille à laine.



Mon retour sur expérience :

  • La laine est vendue en écheveau, il faut donc prévoir un rouleau de sopalin en carton et 1/2 h d'enroulage avant de commencer à tricoter (ça muscle les avants-bras !)
  • Le fil est très fin, très doux et le rendu est absolument magnifique, quelque soit le point utilisé, grâce à la teinture mouchetée.
  • Le point de riz est idéal pour les headband car il ne roule pas sur les côtés et a un rendu soigné, en revanche il faut être patient car le tricot ne monte pas vite.
  • La laine est un peu chère (24€ l'écheveau) mais elle est originale et assez longue : j'en ai utilisé à peine la moitié pour les 2 headband de cet article... 
  • Il n'existe pas 2 pelotes identiques (du fait de la teinture à la main) donc chacune de vos création est unique et ça... c'est toujours agréable :)
Quelques exemples de teintures : laine 100% mérinos... Vous en trouverez d'autres ici ! - Photo : La Bien Aimée
Conclusion : On adore, on recommence !


Voici donc MON headband, deux fois plus large, 55cm de longueur et une finition un peu différente (plus élégante pour les adultes) : j'enroule 1cm de tricot en point mousse autour de la couture invisible de mon ouvrage. Je le porte tous les jours !



Si vous avez d'autres modèles à nous faire partager ou d'autre créations réalisées avec de la laine la bien aimée... Venez bavarder au Comptoir ! On vous attend :)